Une artiste femme déjeunant avec les grands artistes de son temps : Rétrospective Meret Oppenheim (1913-1985)

C’est un peu stupide mais dans mon esprit j’ai toujours cru que Meret Oppenheim était un homme, je connaissais  son nom   grâce à cette  oeuvre ( non présente dans l’expo) sans me poser de question sur son identité

L'objet baptisé par André Breton, le déjeuner en fourrure est inclus dans l'Exposition d'objets surréalistes à la galerie Charles Ratton,

L’objet baptisé par André Breton, le déjeuner en fourrure est inclus dans l’Exposition d’objets surréalistes à la galerie Charles Ratton,

En attendant mon tour à la billeterie du musée , mon regard s’est posé sur le catalogue d’exposition ( 39,00 euros)mis en vente par la librairie  du Lam

Catalogue de l'exposition

Catalogue de l’exposition

Et là , une évidence  , une erreur de 20 ans  s’envolait en éclats

Ce joli visage était  donc celui de Meret Oppenheim . Je connaissais ce visage mais je pensais que c’était un des nombreux modèles du photographes Man Ray…..

Si vous visitez cette rétrospective  organisée conjointement par les commissaires d’exposition  Heike Eipeldauer , conservatrice au Bank Austria Kunstforum, vienne et Sophie Lévy ( conservatrice au Lam) assistée de Daphné Castano , l’étonnement sera au rendez-vous.

En conclusion ,Meret oppenheim est une artiste incontournable du XXème siècle, son travail est comme un iceberg, la partie invisible est  sept fois plus impressionnante des » oeuvres- icones » de l’artiste .Ses relations avec les artistes de son temps sont à souligner ( Giacometti, picasso, breton, arp, man ray…)

Cependant le parcours présenté  selon huit thématiques est discutable, on est obligé de suivre ce parcours , le surréalisme au féminin n’est pas forcement mis en valeur, les titres des salles sont trop sérieux  ( en salle 2 le jeu comme stratégie artistique ?, en salle 6 sur les traces de l’invisible ?, les interférences entre l’image et le texte en salle 7 ?) , c’est un peu se compliquer l’esprit et rendre le travail de l’artiste flou…

Salle 1. Autoportraits énigmatiques

Geneviève de Brabant

La partie documentaire est un peu faible  ( en fin de parcours), l’artiste est  poètearticle de presse modocument d'époque moA la disposition des visiteurs, il y a un documentaire exceptionnel celui d’arte qui explique mieux le parcours t chronologique de l’artiste.  fete du printemps

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s